Edito

Si vous aimez le Reims branchouille et un peu sélect, le Reims confidentiel mais pas trop, le Reims à l’écart des grands lieux de passage et des galeries commerciales. Si vous aimez goûter les premiers rayons de soleil place du Forum avec un café et un bouquin, tester ce nouveau vin déniché par votre ami le caviste curieux, si vous adorez faire du cabotage entre les boutiques de fringues et que vous êtes obnubilé par la quête d’un petit meuble usé juste comme il faut pour votre chambre, alors ce magazine est pour vous…

Suivez-nous

Nos partenaires

LINE'CL
Nokomis
Atacama
J’AI TESTÉ POUR VOUS UNE SEMAINE 100 % VEGAN - Instant Rémois
fade
2924
post-template-default,single,single-post,postid-2924,single-format-standard,edgt-core-1.0,kolumn-ver-1.1.1,,edgtf-smooth-page-transitions,ajax,edgtf-theme-skin-light,edgtf-blog-installed,edgtf-header-standard,edgtf-fixed-on-scroll,edgtf-default-mobile-header,edgtf-sticky-up-mobile-header,edgtf-animate-drop-down,edgtf-dark-header,edgtf-search-covers-header,edgtf-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

J’AI TESTÉ POUR VOUS UNE SEMAINE 100 % VEGAN

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a des fois où on ferait mieux de donner sa langue au chat, plutôt que de se jeter dans la gueule du loup. Comme ce jour où j’ai dit à mon rédac chef : « tiens, et si je testais une semaine 100% vegan ? » Et me voilà donc, au premier jour de mon calvaire, en petite culotte devant ma penderie, prête à prendre le taureau par les cornes. Dehors, il fait un froid de canard mais je ne peux porter ni laine, ni plumes, ni cuir. Ce qui exclut les trois quarts de mon dressing. Je finis par trouver une robe 100% synthétique, mais qui a du chien quand même, et une paire de collants. Je file me maquiller en priant pour que mes produits n’aient pas été testés sur des animaux. Je m’arrête devant mon armoire à chaussures qui déborde… de souliers en cuirs. Et là, c’est le drame. Je prends une grande inspiration tout en pestant contre le veganisme : ça me file la chair de poule de devoir porter des bottes en caoutchouc. Je vais m’acheter quelques fruits et légumes sur le marché pour me consoler. Après quelques jours à ce régime, je ressens une faim de loup. Je décide d’aller manger à la Végétable : faute de grive, on mange des merles… Mais je dois bien reconnaître que ce wok de riz aux choux de Bruxelles, tofu mariné et sésame noir n’était pas piqué des hannetons. Du coup, avant de régler, je supplie le patron, Rémi Leroux, de m’expliquer comment il fait pour être vegan. « Vous savez, on ne devient pas vegan du jour au lendemain, c’est un long processus. Moi ça m’a pris deux ans ! », me glisse-t-il. Mais quelle dinde : c’était donc un mouton à cinq pattes cette histoire d’être vegan à 100%… Et moi qui ai failli devenir chèvre, ma motivation a soudain pris du plomb dans l’aile. Puisque c’est ça, ce soir, je me fais un plateau de charcut’ avec les copains. Et vive le pâté ! Je serai vegan dans deux ans. Ou quand les poules auront des dents…

 

instant remois
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

NOTRE WEEK-END DE MILLIONNAIRES Previous Post
GARANCE THIÉNOT INTRÉPIDE AU VOLANT DE LA JAGUAR F-TYPE Next Post