Edito

Si vous aimez le Reims branchouille et un peu sélect, le Reims confidentiel mais pas trop, le Reims à l’écart des grands lieux de passage et des galeries commerciales. Si vous aimez goûter les premiers rayons de soleil place du Forum avec un café et un bouquin, tester ce nouveau vin déniché par votre ami le caviste curieux, si vous adorez faire du cabotage entre les boutiques de fringues et que vous êtes obnubilé par la quête d’un petit meuble usé juste comme il faut pour votre chambre, alors ce magazine est pour vous…

Suivez-nous

Nos partenaires

LINE'CL
Nokomis
Atacama
François Bidart, du monde du luxe au street art - Instant Rémois
fade
2379
post-template-default,single,single-post,postid-2379,single-format-standard,edgt-core-1.0,kolumn-ver-1.1.1,,edgtf-smooth-page-transitions,ajax,edgtf-theme-skin-light,edgtf-blog-installed,edgtf-header-standard,edgtf-fixed-on-scroll,edgtf-default-mobile-header,edgtf-sticky-up-mobile-header,edgtf-animate-drop-down,edgtf-dark-header,edgtf-search-covers-header,edgtf-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
FRANÇOIS BIDARD

François Bidart, du monde du luxe au street art

François Bidart

Il est passé des vernis aux vernissages. C’est l’histoire d’un menuisier-ébéniste devenu galeriste. Spécialisé en finitions, François Bidart a longtemps appliqué laque, céruse, patine, cire ou dorure. Magnifiant un meuble, un lieu. « J’ai toujours été attiré par le bois, se souvient-il. J’ai fait mon apprentissage, mon compagnonnage… avant de me poser et puis de me mettre à mon compte. » Le Rémois travaille aujourd’hui « pour le luxe et l’aéronautique ». De Paris à New York, en passant par Tokyo et les Emirats, celui qui a grandit dans le centre ville – ses parents tenaient la Bonbonnière – peaufine l’agencement de corners, ces boutiques-écrins pour produits hauts de gamme. Et se penche également sur les intérieurs d’avions. Ses clients : des propriétaires privés, mais aussi le gouvernement du Maroc ou encore Air France. Depuis décembre 2015, il dirige également la galerie d’art, de sculpture et de design « Galerie28.com », au n°28 de la rue Jean d’Arc. De son autre vie d’artisan, il conserve l’amour du beau et du travail bien fait. « Je me suis toujours intéressé à l’art. Je ne suis pas très classique… ça viendra peut-être un peu par la suite. » Moins de deux ans après son installation, il cherche déjà un nouvel espace pour s’agrandir. « Beaucoup d’artistes veulent venir ici. » Pour le moment, dans ses 50 m2, une vingtaine sont exposés : Aaron, Z, Jicé, Karl Lagasse, Fratz et Gio, David Potisek, Trives, Argadol, Rakel Warjberg… Quelques régionaux aussi comme le Rémois Christophe Broyart ou le Troyen Ian Philip. « Plus de 350 œuvres d’art sont également en vente sur le site artsper.com. » Chez lui, compter entre 50 et 10 000 euros pour acquérir une pièce unique et signée.
Son crédo : démocratiser l’art, le rendre accessible à tous. « J’aime faire découvrir, donner l’envie aux gens, même s’ils ne font que jeter un œil, même s’ils n’achètent pas. C’est toujours très intéressant de rentrer dans une galerie d’art, de discuter, pour se cultiver. L’art n’est pas élitiste. » Résultat, s’il voit quelques collectionneurs pousser régulièrement sa porte, il accueille aussi d’autres amateurs de passage et de simples curieux. « De temps en temps, on vient chercher un petit cadeau à offrir, ça change des bouquets de fleurs. »

FRANÇOIS BIDARD

François BidartGalerie28.com
28, rue Jeanne-d’Arc
03 26 25 07 58
www.galerie28.com

François Bidart

PAR ALICE

instant remois
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

CUSTOMISE TON COSTUME LE MANUEL DU STYLE BY TAILOR CORNER Previous Post
VOUS ÊTES PLUTÔT SAVEURS DU MONDE, CLASSIQUE OU CONCEPT ? Next Post