Edito

Si vous aimez le Reims branchouille et un peu sélect, le Reims confidentiel mais pas trop, le Reims à l’écart des grands lieux de passage et des galeries commerciales. Si vous aimez goûter les premiers rayons de soleil place du Forum avec un café et un bouquin, tester ce nouveau vin déniché par votre ami le caviste curieux, si vous adorez faire du cabotage entre les boutiques de fringues et que vous êtes obnubilé par la quête d’un petit meuble usé juste comme il faut pour votre chambre, alors ce magazine est pour vous…

Suivez-nous

Nos partenaires

LINE'CL
Nokomis
Atacama
DÉFILER AVEC UNE ROBE EN MÉTAL - Instant Rémois
fade
2510
post-template-default,single,single-post,postid-2510,single-format-standard,edgt-core-1.0,kolumn-ver-1.1.1,,edgtf-smooth-page-transitions,ajax,edgtf-theme-skin-light,edgtf-blog-installed,edgtf-header-standard,edgtf-fixed-on-scroll,edgtf-default-mobile-header,edgtf-sticky-up-mobile-header,edgtf-animate-drop-down,edgtf-dark-header,edgtf-search-covers-header,edgtf-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive
Défilé

DÉFILER AVEC UNE ROBE EN MÉTAL

Défiler en robe en métal

Ne pas tomber. Ne pas tomber. Ne pas tomber. Ces mots résonnent dans ma tête tandis que je m’apprête à entrer dans le magnifique salon Degermann. Ce soir, le créateur rémois Ezio Bottoni présente quelques modèles de sa collection de robes en métal et il a accepté que je me glisse dans l’une de ses créations. Je bloque ma respiration – enfin, surtout, je rentre mon ventre – tandis qu’Ezio et son assistant tentent de me passer une première robe, puis une seconde. Victoire ! Le modèle « Fantasme » glisse le long de mon petit 38, laissant juste entrevoir mes hanches de… de fille normale quoi ! Enfin, une fille normale qui va défiler dans la même robe que miss Champagne-Ardenne. Le contact du métal sur ma peau est un peu froid mais, très vite, ma chaleur corporelle prend l’avantage. J’enfile une paire de chaussures et me voilà rehaussée de plusieurs centimètres. Pas assez pour atteindre la hauteur vertigineuse des jambes de la jolie Charlotte Patat mais suffisamment pour me donner le vertige. Je fais quelques pas sur le « cat walk » sur les conseils de mes nouvelles copines mannequins : avance lentement ; fais des pauses ; tiens-toi droite ; ne souris pas… J’ai l’impression de ne plus savoir marcher. Dans les coulisses, Ezio procède aux dernières retouches. Si la plupart des filles sont décontractées, c’est loin d’être mon cas. Le défilé commence. Les jambes en coton et les mains tremblantes, je regarde l’artiste Bottoni me donner ses dernières indications. Ses lèvres bougent mais mon esprit est déjà loin. Ne pas tomber. Le rideau se soulève et je m’élance tandis que quelques centaines de paires d’yeux me scrutent. Ne pas tomber. Le métal ondule au rythme de mes pas. C’est une sensation plutôt agréable. Ne pas tomber. L’un des photographes me fait signe de regarder l’objectif et, là, sous le crépitement des flashs, je réalise enfin. La petite fille qui est en moi esquisse un sourire avant de disparaître en coulisses.

Défiler en robe en métal

PAR LAETICIA

instant remois
No Comments

Sorry, the comment form is closed at this time.

Si ça fait mal, c'est que ça fait du bien Previous Post
Un indien dans la ville, cuisine de l'Inde Next Post