Edito

Si vous aimez le Reims branchouille et un peu sélect, le Reims confidentiel mais pas trop, le Reims à l’écart des grands lieux de passage et des galeries commerciales. Si vous aimez goûter les premiers rayons de soleil place du Forum avec un café et un bouquin, tester ce nouveau vin déniché par votre ami le caviste curieux, si vous adorez faire du cabotage entre les boutiques de fringues et que vous êtes obnubilé par la quête d’un petit meuble usé juste comme il faut pour votre chambre, alors ce magazine est pour vous…

Suivez-nous

Nos partenaires

LINE'CL
Nokomis
Atacama
Instant N°5 Archives - Instant Rémois
fade
163
archive,category,category-instant-n5,category-163,edgt-core-1.0,kolumn-ver-1.1.1,,edgtf-smooth-page-transitions,ajax,edgtf-theme-skin-light,edgtf-blog-installed,edgtf-header-standard,edgtf-fixed-on-scroll,edgtf-default-mobile-header,edgtf-sticky-up-mobile-header,edgtf-animate-drop-down,edgtf-dark-header,edgtf-search-covers-header,edgtf-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

RENCONTRE AVEC CÉLINE À LA DEMEURE DES SACRES

Céline me reçoit dans une demeure chargée d’histoire devenue son lieu de vie et de travail, la maison d’hôtes : La Demeure des Sacres. Aux portes de la Cathédrale, cet hôtel particulier de la fin du XIXe siècle a appartenu à la famille Charbonneaux (Verrerie de Reims) à partir de 1895 et a été offert en cadeau de mariage en 1920 à la fille du couple. Céline qui a rencontré la petite fille de la famille (95 ans !), me raconte que Mme Charbonneaux (mère) était une référence à l’époque en matière de musique, elle organisait dans le salon art-déco des concerts privés de harpe et de piano. À partir de 1988, la demeure sort de la famille et est vendue plusieurs fois. Céline, chargée de mission dans la formation professionnelle, a l’envie d’entreprendre et la mauvaise posture de son entreprise la décide à le faire. Elle aime recevoir et sa belle-famille possède une maison d’hôtes, son choix se fait naturellement. Cependant, elle veut se démarquer et souhaite recevoir chez elle. Céline en parle avec son mari puis ses 3 enfants. Le projet est validé. Il faut trouver la perle rare, une maison assez grande pour y vivre et y accueillir ses hôtes dans le quartier de la Cathédrale qu’elle affectionne. C’est chose faite en 2012 lorsqu’elle trouve cet hôtel particulier en vente depuis 4 ans. Après 10 mois de travaux dans lesquels elle s’investit personnellement, La Demeure des Sacres ouvre ses portes en juin 2013. Céline ne fait pas table d’hôtes par choix. Le niveau de qualité qu’elle s’est fixée ne le lui permet pas, elle conseille donc quelques bonnes tables locales à ses hôtes composés à 80 % d’étrangers. Cependant, elle confectionne confitures et autres pâtisseries du petit déjeuner et se fournit chez des artisans locaux pour le reste. PAR HÉLÈNE...

Forum Decor - gagnant du jeu

LES GAGNANTS DU JEU

LE MOIS DERNIER, NOS DISTRIBUTEURS ONT PARTICIPÉ À NOTRE JEU POUR TENTER DE GAGNER LEUR PORTRAIT. IL SUFFISAIT DE METTRE LES EXEMPLAIRES DE L'INSTANT RÉMOIS EN SCÈNE DANS LEUR BOUTIQUE ET DE POSTER SUR NOTRE PAGE FACEBOOK INSTANT RÉMOIS LES PHOTOS. NOUS AVONS LE PLAISIR DE VOUS PRÉSENTER LES 3 BOUTIQUES QUI ONT REÇU LE PLUS DE LIKE. Forum Décor Depuis 1980, Forum Décor est une entreprise familiale qui, sur 2 générations, est devenue une référence indiscutable dans l’ameublement haut de gamme de qualité. Une entreprise familiale qui donne la priorité au service et au conseil à une clientèle fidèle et hétéroclite qui apprécie les produits personnalisés et sur mesure. Il ne faut pas hésiter à rentrer dans cette boutique où vous serez chaleureusement accueilli dans un très bel espace à l’ambiance unique et dotée d’un large choix de marques et de produits située au centre-ville. Vous pourrez retrouver Forum Décor au Salon Carrément Habitat et Déco les 6, 7 et 8 octobre 2017 au Parc des Expositions à Reims. [caption id="attachment_2500" align="aligncenter" width="886"] 1 et 3 rue Trudaine - Reims - 03 26 47 33 31 - www.forumdecor.com[/caption] Fromages et Vins Philippe et Armelle se sont installés en 2012 dans cet ancien salon de coiffure près des Halles du Boulingrin pour vivre de leur passion. Philippe, ancien négociant en vin et rémois depuis 23 ans, distillent ses précieux conseils afin d’accorder au mieux les fromages et les vins pendant qu’Armelle propose de succulents plateaux de fromages pour accompagner notre rituelle coupe de champagne à l’apéro. Fromages et Vins qui propose pas moins de 500 vins et 50 cuvées de Champagne fait aussi la part belle à l’épicerie fine avec une place de choix pour la truffe et propose à la vente trois « cuvées spéciales Boulingrain » sélectionnées par ce couple audacieux et élaborées en leurs noms. [caption id="attachment_2501" align="aligncenter" width="1382"] 28 rue de Mars - Reims - 03 26 35 71 77[/caption] Hall du Papier Peint Depuis 1946 et depuis 3 générations, le Hall du Papier Peint aide ses clients à trouver leur bonheur pour décorer leur intérieur et c’est à Murigny que Catherine Thiérard prodigue ses conseils. La tendance « papier-peint » revenue d’outre-tombe envahit les magazines déco, alors, pour s’y retrouver, rien de mieux que de vous reposer sur Catherine et son équipe, de vous laisser guider dans vos choix parmi leur large sélection de marques afin de trouver votre style. Couleurs, textures, design ou innovation, le Hall du Papier Peint vous propose son expertise et son savoir-faire avec pour seul moteur la passion de leur métier. [caption id="attachment_2502" align="aligncenter" width="960"] Rue Jacques Maritain - Forum de Murigny - Reims - 03 26 40 00 67www.halldupapierpeint.com[/caption] Merci à tous de distribuer l’Instant Rémois !...

Un indien dans la ville, cuisine de l’Inde

C'était un pari audacieux, qu’Amar Shah, ancien développeur informatique installé dans la région, a voulu relever pour faire découvrir la cuisine de l’Inde aux Rémois. La cuisine est certes une affaire de famille, par passion et tradition, mais après avoir lancé son premier restaurant en 2012 à Châlons, l’envie était plus forte pour Amar et son épouse de partager les saveurs de son pays dans cet établissement qui a ouvert ses portes il y a quelques années. Exposées telles des oeuvres, colorées, les épices s’affichent dans un décor associant modernité et tradition. Indien chic, le côté cosy ressort davantage le soir où la lumière discrète fait ressortir les photos et statues qui savent vous plonger en un clin d’oeil dans l’univers du voyage, dans l’atmosphère d’une soirée empreinte de charme et de découvertes lointaines. Vous ne connaissez pas encore la cuisine indienne ? Amar se fera un plaisir de vous expliquer les plats, de vous guider au travers des méandres de cette cuisine riche, épicée, relevée ou non, dont les plats et spécialités « faits maison » sauront ravir les néophytes. Koma, Massala, Vindaloo ? Le Poulet Tikka Massala ou l’Agneau Koma sont forcément des classiques et incontournables que vous retrouverez à la carte. Les galettes de pain indien (les Naans). Pour les fans d’épices, le Vindaloo (ou Vindalho) est un plat à base de curry notamment populaire dans la région de Goa et dans de nombreuses parties de l’Inde, qui est le plus ardent et épicé de la carte. Vous apprécierez également les naans (Pain indien) au fromage. Le mixte dégustation démarre à 13,90€, et il vous faut en moyenne compter pour un classique trois plats (entrée/plat/dessert) entre 20 et 22 €. Le restaurant est grand et peut accueillir jusqu’à 120 couverts grâce à une salle annexe dédiée aux réceptions, mais vous conserverez votre intimité au travers des petites tables ou boxes dans la première partie. Véritable ambassadeur de la cuisine indienne en France, Un Indien dans la ville reçoit des visiteurs de marque, comme Shipra Khana, la célèbre chef qui a remporté la 2e saison de Masterchef en Inde ou encore organise des soirées ou évènements spécifiques. Une belle escapade, pour changer un peu de l’ordinaire et découvrir de nouvelles saveurs. PAR CHRISTOPHE...

Défilé

DÉFILER AVEC UNE ROBE EN MÉTAL

Ne pas tomber. Ne pas tomber. Ne pas tomber. Ces mots résonnent dans ma tête tandis que je m’apprête à entrer dans le magnifique salon Degermann. Ce soir, le créateur rémois Ezio Bottoni présente quelques modèles de sa collection de robes en métal et il a accepté que je me glisse dans l’une de ses créations. Je bloque ma respiration – enfin, surtout, je rentre mon ventre - tandis qu’Ezio et son assistant tentent de me passer une première robe, puis une seconde. Victoire ! Le modèle « Fantasme » glisse le long de mon petit 38, laissant juste entrevoir mes hanches de...

Si ça fait mal, c’est que ça fait du bien

L’ART NE S’AFFICHE PAS QUE SUR LES MURS. CERTAINS CHOISISSENT DE LE GRAVER SUR LEUR CORPS. LE TATOUAGE, C’EST LA PASSION D’ARNO, QUI EXERCE À REIMS DEPUIS UNE TRENTAINE D’ANNÉES. Dans son atelier de la rue des Poissonniers, un artiste rémois s'applique à dessiner sur un calque. Le motif est aussi tortueux depuis une trentaine d'année et il a lui-même, comme beaucoup de ses confrères, le corps tatoué. Un travail qu'il a fait réaliser par l'un des meilleurs du monde, Filip Leu. "Ca représente 120 heures de tatouages", estime Arno, qui a attrapé le virus dès son plus jeune âge. "J'allais souvent traîner chez un vieux tatoueurs parisien. Ce milieu m'intriguait". De fin en aiguille, le Rémois a fini par laisser tomber son emploi de fabricant de décors de spectacle - il a une formation d'ébéniste - pour se consacrer à sa passion pour le tatouage. Et à l'époque, il fallait en avoir pour se lancer dans cette voie "peu recommandable" que le grand public associait aux marginaux et aux "taulards". Lorsqu'il s'installe à Reims dans les années 80, il est le seul à essayer d'en vivre. Un pari réussi aujourd'hui comme en atteste sa boutique, qui ressemble plus à une galerie d'art qu'à un atelier miteux. "Le tatouage est partout aujourd'hui, dans la mode, le sport, la publicité...

ANTOINE PAILLARD UNE SI BELLE JOURNÉE

Antoine Paillard est un des jeunes vignerons les plus brillants de la Champagne. Quand je le vois, je ressens sa longue passion des vins, son énergie et sa détermination. Je devine un grand artiste en Champagne ! 6h30 : Le marathon du matin commence. Un café, les biberons, les rires, les pleurs des enfants. Le bonheur du matin avec les tout-petits… 7h00 : Je quitte Reims direction Bouzy. C’est un moment très important pour moi car ces 30 minutes de voiture me permettent d’organiser la journée de travail sereinement. 7h45 : Briefing des équipes sur le travail de la journée. Une partie de l’équipe en cave, l’autre partie aux vignes et moi entre les deux. 8h00 : Prise d’échantillon des vins de la dernière vendange. Les mois d’avril-mai, sont une bonne période pour démarrer la dégustation et l’assemblage des vins de l’année. L’élevage se termine. Les vins commencent à réellement montrer leur potentiel. 9h00 : Nous nous installons tranquillement pour 3 heures de dégustation. C’est sans doute l’un des moments les plus magiques de notre métier. Découvrir, ressentir, s’imprégner des vins de l’année, des nuances de terroir, de cépage. Un moment unique où la feuille blanche ne demande qu’à se remplir. 10h37 : Pause Instagram pour partager avec nos « followers » le quotidien du domaine. 12h00 : Nous terminons la dégustation par les Bouzy Rouges 2016. Production de l’année : 5 petites pièces d’un vin historique et emblématique de notre village. Presque un devoir de le réaliser avec humilité et précision. 13h30 : Rendez-vous avec deux autres vignerons de Bouzy avec qui nous avons mis en place un projet de production de compost. Arrosage, retournement, remises en place des bâches de compostage. Une production locale où chaque vigneron apporte ses idées, ses compétences et où le plaisir de travailler ensemble domine. 15h30 : Retour au domaine. Un oeil sur la météo (notre meilleur amie/ennemie pour les semaines à venir). 16h30 : Je m’isole une heure dans mon bureau pour répondre aux emails, avancer sur les projets en cours… Difficile mais indispensable de se créer des créneaux isolés des autres pour avancer sur les différents sujets de l’entreprise. 17h45 : Retour à Reims, direction la crèche pour récupérer les enfants. 18h30 : Préparation du dîner. Légumes de saison pour tout le monde accompagnés d’un blanc jurassien pour les plus grands ! 20h00 : Direction la Comédie de Reims pour deux heures de théâtre. Un plaisir rare mais indispensable. 23h00 : Retour à la maison. PAR ÉLISE...

coiffeurs

Regards croisés, les coiffeurs de la place d’Erlon

ILS SONT L’IMAGE D’UN QUARTIER ET EN CONNAISSENT LES MOINDRES SECRETS. DONNONS LA PAROLE À NOS COIFFEURS, CES HOMMES ET FEMMES À QUI NOUS CONFIONS BIEN PLUS QUE NOS CHEVEUX ! JULIEN BRION BJ'S CAPILLICULTEUR Comment décririez-vous votre salon ? C'est avant tout un salon familial où l'on accueille hommes, femmes et enfants pour un moment de détente et de plaisir. C'est un salon de coiffure avec une identité forte et une décoration atypique dans lequel nos clients se sentent comme à la maison. Nous sommes spécialisés dans les chignons de mariée et proposons également un service barbier et des soins esthétiques. Quelles sont les tendances capillaires de cet été ? Côté couleur, c'est la mode du pastel. On revient à la frange et à des coupes mi-longues dans un esprit très 70's. Quelles sont vos adresse préférées dans le quartier ? C'est un quartier qui se renouvelle et où il fait bon vivre grâce au dynamisme de nombreux commerçants. J'aime boire un verre au bar de l'Hôtel de la Paix ou au bar de l'Holiday Inn pour sa vue. J'apprécie le Glue Pot pour l'accueil sympathique et l'ambiance dépaysante. L'Alambic est aussi un restaurant qui mérite d'être découvert. [caption id="" align="aligncenter" width="1772"] BJ’S Capilliculteur - 39 rue Jeanne d’Arc[/caption]   GABRIEL TEIXEIRA SALON GABRIEL Qu'est-ce qui différencie votre salon de coiffure ? Plus qu'un salon de coiffure c'est un lieu de vie originale et arty, avec une ambiance atypique et design. Nous sommes spécialisés dans la coupe sur cheveux secs et, pour la couleur, nous appliquons des techniques choc pour un résultat toujours chic, à l'image des rémoises. Que trouve-t-on dans le quartier Erlon et pas ailleurs ? C'est le centre festif et touristique de la ville, mixant business et loisir, et caractéristique d'un certain art de vivre. On y trouve l'une des plus longues successions de terrasses, de restaurants et de bars en France. Parmi mes adresses préférées, je citerai La Loge, le bar de l'Hôtel de la Paix, Arnaud Tatoo et Zunic. Quelles sont les tendances capillaires de cet été ? La vraie tendance a toujours été d'être à l'écoute des désirs des clientes. Pour les femmes, je dirai le carré long avec une ombre lumière sur les longueurs et, pour les hommes, la pompadour et les barbes. [caption id="attachment_2375" align="aligncenter" width="1772"] Salon Gabriel - 56 rue Buirette[/caption] FREDERIC SOLVEL JEAN-LOUIS DAVID Comment décririez-vous votre salon ? C'est un salon lumineux avec une ambiance chaleureuse et raffinée pour passer un moment convivial. Jean-Louis David est une franchise dynamique (1er groupe en Europe) qui garantit une expérience unique à nos élégantes clientes. Avec deux Collections par an, nos coupes faciles à vivre s'adressent aux femmes urbaines actives. Nos techniques exclusives, Contrast, 2 en 1, Sun light révèlent l'éclat du cheveu en créant du relief à la coupe. Qu'aimez-vous dans le quartier Erlon ? C'est un quartier vivant, agréable et dynamique. La rue Buirette offre un espace plus serein avec sa verdure, ses boutiques de design, hôtels et restaurants. J'apprécie la galerie 28.com, le bar de l'Hôtel de la Paix et Zone Zen Spa. Parmi les...

Sylvain Savoia

SYLVAIN SAVOIA BD REPORTER

Sylvain Savoia est un explorateur. Un peu comme Tintin mais avec un carnet de dessins sous le bras, en guise d’appareil photo. Ce n’est pas à Moulinsart que nous l’avons rencontré, entre deux escapades au bout du monde, mais à Mont-Notre-Dame, un petit village axonais. Là, dans la quiétude de son atelier, ce Rémois d’origine esquisse les souvenirs de ses voyages. « J’aime bien le rapport physique avec le papier. » D’ailleurs, c’est en lisant un article du journal Le Monde qu’il découvre l’histoire des rescapés de Tromelin, des esclaves malgaches qui ont survécu durant quinze ans sur une île déserte. Intrigué par cette histoire, il contacte les archéologues qui travaillaient sur le sujet et rencontre l’un d’eux à Paris. Un monsieur de 70 ans, « genre d’Indiana Jones extraordinaire et humble », se souvient-il. En 2008, ce dernier l’invite à coiffer son chapeau Fedora et à les suivre lors d’une exploration au milieu de l’océan Indien, sur les traces des rescapés de Tromelin. « On est partis à neuf sur ce petit îlot d’un km2. Nous étions complètement isolés. J’ai écris, fait beaucoup de photos, de croquis et surtout, j’ai creusé avec eux. C’était vraiment extraordinaire. » « J’ai fait pas mal de choses que je me croyais incapable de faire » Il a fallu plusieurs années à Sylvain Savoia pour publier son album « Les esclaves de Tromelin », sorti en 2015 chez Dupuis, mais cette expérience a marqué un tournant dans sa vie. « J’ai passé énormément de temps derrière ma table à dessin et Tromelin a été un peu le déclencheur. Depuis, j’ai fait pas mal de choses que je me croyais incapable de faire et que je partage à travers le dessin. » Comme prendre un cours avec un pilote d’hydravion, partir en expédition sur un voilier pour étudier l’impact de la pollution sur la méditerranée ou faire une mission de surveillance avec la douane aérienne française...

CHACUN SON SPOT 3 AMBIANCES POUR BOIRE UN VERRE

AU BAR LA PAIX ZEN ET DESIGN Pour s’échapper de l’agitation du centre-ville, direction le bar de la Paix. D’abord parce que sa décoration, entièrement revue depuis septembre, offre une ambiance naturelle et apaisante. Du bois, du cuir, du béton, du métal… Des matériaux bruts qui rappellent toutes les nuances du champagne. Comme cette impressionnante suspension constituée d’une multitude de tubes en verre qui surplombe le bar. Ensuite parce que l’endroit bénéficie d’un jardin d’hiver, un ancien cloître devenue cour intérieure, idéal pour se relaxer et faire le plein de vitamine D. Décompression assurée en after work (ou en after shopping). On y croise le pharmacien du coin, un homme d’affaires en visioconférence ou un touriste australien sirotant quelques bulles locales. Rémois et clients de l’hôtel venus du monde entier fréquentent l’endroit dès les premières heures de la journée. Pour un petit-déjeuner, un goûter, un rendez-vous business, une séance de psychanalyse ou de papotage entre copines. Les amateurs de champagne retrouveront, à la carte, une large sélection des plus grandes maisons (plus de 100 références), mais aussi de délicieux cocktails ou encore une trentaine de thés Dammann. [caption id="attachment_2419" align="aligncenter" width="903"] 9, rue Buirette - 03 26 40 04 08 - www.bestwestern-lapaix-reims.com[/caption] AU GIN PAMP JEUNE ET BRANCHÉ Le Gin Pamp, c’est le bar où vous trouvez la plus grande densité d’étudiants de tous horizons. Impossible de dénicher la moindre place assise à partir de 18h30, quand débute l’happy hour (tous les jours jusque 20 heures et même 21 heures le samedi). Même au pays du champagne, la meilleure façon de faire connaissance reste encore de partager des bières en pinte au prix du demi (à partir de 2,50€, un prix défiant toute concurrence). On y croise des camarades de lycée, de fac et d’école de commerce. Plutôt calme en début de semaine, le bar est vite bondé à partir du jeudi soir. Il y a du monde, donc, mais aussi, et c’est appréciable, du choix avec une vingtaine de bières pression (y compris quelques bières locales), à accompagner de sympathiques tapas. Idéal pour un verre entre amis (de moins de 35 ans), dans une joyeuse ambiance rock. [caption id="attachment_2422" align="aligncenter" width="862"] 14, rue Théodore-Dubois - 03 26 47 19 48 - www.ginpamp.wixsite.com[/caption] À LA LOGE CHIC ET FESTIF Le cube en or qui fait office de porte annonce la couleur. À La Loge, place au luxe et à la fête. Et comme l’endroit est plutôt select, la tenue « correcte » est vivement recommandée. Ici, la fête commence à partir de 17h30. On y vient pour l’apéro entre amis (avec au choix plus de 100 références de champagnes, des cocktails, des spiritueux… accompagnés de grignotis aux saveurs locales et du monde), mais la virée a de forte chance de déraper en dîner gourmand (la carte prône le fait maison et les produits frais de saison) puis en joyeuse soirée dansante jusqu’au petit matin (l’établissement est passé « discothèque » en janvier dernier). La Loge, c’est donc un 3 en 1 raffiné : un bar,un restaurant et un club chic...