Edito

Si vous aimez le Reims branchouille et un peu sélect, le Reims confidentiel mais pas trop, le Reims à l’écart des grands lieux de passage et des galeries commerciales. Si vous aimez goûter les premiers rayons de soleil place du Forum avec un café et un bouquin, tester ce nouveau vin déniché par votre ami le caviste curieux, si vous adorez faire du cabotage entre les boutiques de fringues et que vous êtes obnubilé par la quête d’un petit meuble usé juste comme il faut pour votre chambre, alors ce magazine est pour vous…

Suivez-nous

Nos partenaires

LINE'CL
Nokomis
Atacama
Autre Archives - Instant Rémois
fade
1
archive,category,category-autre,category-1,edgt-core-1.0,kolumn-ver-1.1.1,,edgtf-smooth-page-transitions,ajax,edgtf-theme-skin-light,edgtf-blog-installed,edgtf-header-standard,edgtf-fixed-on-scroll,edgtf-default-mobile-header,edgtf-sticky-up-mobile-header,edgtf-animate-drop-down,edgtf-dark-header,edgtf-search-covers-header,edgtf-side-menu-slide-from-right,wpb-js-composer js-comp-ver-4.11.2.1,vc_responsive

EMMANUEL EST À VOS PIEDS LE CHIMISTE QUI FABRIQUE DES SOULIERS SUR MESURE

  "Trouver chaussure à son pied ". Une expression qui fait sens pour Emmanuel Dardennes, docteur en Chimie de l’université de Reims, qui a travaillé 12 ans en Angleterre, et que rien ne prédestinait, si ce n’est la passion et l’amour du travail artisanal, à fabriquer des souliers. Deux ans et demi de cours à Londres, 8 mois sur Paris, il apprend toutes les techniques de façonnage et de fabrication de souliers sur mesure. C'est le Brexit qui le pousse à rentrer en France. Puis sa rencontre avec Virgile Faria qui l'amène à s’installer en octobre dernier dans les locaux de « La Cordonnerie Fantastique ». Il en faut du soin, de la patience et des compétences pour créer des chaussures. De la forme au patron, du chausson d’essai à la coupe, du piquage au montage, pas moins de 4 semaines sont nécessaires pour élaborer vos souliers. A partir de 1 600€ la paire, tout de même...

DANS LES COULISSES DE L’OPÉRA

IMAGINÉ EN 1866 PAR L'ARCHITECTE RÉMOIS ALPHONSE GOSSET, L'OPÉRA DE REIMS EST INAUGURÉ SEPT ANS PLUS TARD. MEURTRI PAR LA PREMIÈRE GUERRE, QUI NE LAISSE DEBOUT QUE SA FAÇADE, IL REPREND VIE EN 1931 APRÈS UNE INCROYABLE RESTAURATION. SUR LA SCÈNE DE CE JOYAU DE L'ART DÉCO, PROPRIÉTÉ DE LA VILLE, SE SUCCÈDENT, DEPUIS, OPÉRAS, BALLETS, ET AUTRES SPECTACLES MAIS QUE SE CACHE-T-IL DERRIÈRE LE RIDEAU ?   L'envers du décor Après une petite contorsion et un passage sous la pluie, nous voici dans le saint des saints : l'atelier de construction de décors. Eric Gay est à l'oeuvre ce jour-là sur le cadre du miroir d'Alice au Pays des merveilles, spectacle programmé en début de saison l'an prochain. Travail du bois, peinture trompe-l'oeil, effets de matières… l'assistant décorateur-menuisier rivalise d'ingéniosité pour plonger les spectateurs dans un autre monde, celui imaginé par les metteurs en scène et scénographes. Croquis et maquettes en main, il étudie la faisabilité et le coût, avant de se lancer, tel un "MacGyver", dans la réalisation. "Il faut être astucieux, concevoir des montages et démontages rapides, mais c'est ce qu'on aime !" confie celui qui arpente le plateau depuis 15 ans avec son chef d'atelier, Yves Deforge, le pro du métal et de la mécanique.   De fil en aiguille Notre cheminement se poursuit au sous-sol de l'Opéra. Un long couloir, puis une petite porte. Bienvenue dans l'antre de Frédéric Renois. Voilà 20 ans que cette figure incontournable du théâtre, rafraîchit, repasse, et rafistole les costumes. Entre table à repasser et dé à coudre, il magnifie les panoplies, les retouche, et aide les comédiens à les enfiler, dans leur loge, mais aussi en coulisses, parfois. "Pour le ballet Roméo et Juliette, c'est 24 danseurs. Donc au moins 24 costumes, avec changements de plateaux !", lâche Frédéric, ravi de pouvoir, à quelques occasions - celles des créations propres de l'Opéra -, délaisser l'habillage pour renfiler son costume de couturier, celui qui lui sied le mieux…     Ça penche… Le saviez-vous ? Le plateau est incliné de 4 % pour améliorer la visibilité des spectateurs et l'acoustique. Pas toujours simple pour les artistes de s'y faire… Alors pour prendre leurs marques, ils peuvent rejoindre les combles, sous la coupole, où se cachent le petit théâtre et sa scène, copie conforme de celle de l'Opéra. Au sol, une trappe, seul et unique accès au majestueux bouclier lumineux de 7,5 m de diamètre en fer forgé et verre coloré signé Edgar Brandt, visible depuis la grande salle. Heureusement, le remplacement des ampoules (aujourd'hui, des néons) n'est pas chose fréquente… Et si on montait sur scène...

ARMELLE BLARY… DE FIL EN AIGUILLE

23 La plasticienne à l'univers poétique a passé son enfance à arpenter les chemins de craie de notre terre champenoise. Chevauchant son vélo, la petite fille découvre le monde dans un perpétuel ravissement et perçoit en chaque chose de la nature un mouvement et une énergie. Une prédisposition à la poésie, à contrebalancer le négatif, présente aujourd'hui encore dans ses oeuvres. Après de longues études littéraires, Armelle Blary, influencée par des artistes tels que la plasticienne et sculptrice Louise Bourgeois, le poète latin Ovide ou l’écrivain Marcel Proust, débute son cheminement artistique par la peinture mais s'oriente très vite vers la couture. Les chutes de toile tombées entre ses mains, Armelle Blary aime à les façonner, les réunir et les coudre jusqu'à leur donner un volume et en faire des poupées. Elle a trouvé sa matière : le textile, son outil : l'aiguille. Très vite, elle expose et de cette opportunité nait une carrière qui grandit depuis près de 20 ans. Pourquoi rester à Reims ? Armelle Blary ne s'est jamais posé la question. Elle aime cette ville, les paysages champenois tout autant que ceux du Nord, puis elle a la chance de voyager beaucoup… dans sa tête et pour son art. Elle collabore avec d’autres figures rémoises telles que les photographes Benoit Pelletier et Alain Hatat, ce dernier la soutient depuis le début de sa carrière, ou encore l’artiste sonore Nicolas Canot à qui elle fait appel pour son exposition Motilus en 2017. Armelle apprécie la diversité de l’offre culturelle rémoise et la convivialité des lieux comme le Manège doté d’un restaurant La Verrière tenu par Willy Zorn dont elle souligne l’excellente proposition culinaire.   À l’occasion de son exposition monographique « Partir » à la Manufacture de Roubaix du 14 avril au 17 juin 2018, Armelle Blary dévoilera un ensemble inédit de sculptures nées d’une conversation plastique avec l’oeuvre de Camille Claudel, conversation qui puise son origine dans une rencontre, voici près de trente ans, avec Marie-Victoire Nantet, petite-nièce de Camille. La Clotho constitue le point de départ de cet échange d’artiste à artiste sur des thèmes et questionnements esthétiques communs. Au fil des années, ce rapprochement a permis la création d’une collection spécifique où la figure, le corps et le matériau fibre occupent une place essentielle. Créées entre 2014 et 2018, ces pièces sont présentées à la Manufacture en vis-à-vis de deux oeuvres issues de la collection du musée La Piscine : Torse de femme accroupie et Etude pour l’Implorante. Cette exposition sera visible à Reims en fin d’année avec le soutien du SUAC et du Musée des Beaux-arts de Reims.   ...

GARANCE THIÉNOT INTRÉPIDE AU VOLANT DE LA JAGUAR F-TYPE

Le printemps approche, pourtant, un léger manteau blanc a recouvert les routes. Pas de quoi crisper Garance Thiénot, ancienne compétitrice de ski de bosses et de freestyle. Quant à la conduite, la première fois qu'elle a touché un volant, c'était dans l'une des propriétés familiales. Elle avait 14 ans. Sans crainte, son pied appuie donc de plus belle sur la pédale d'accélérateur. Oui, elle aime la vitesse. Elle a d'ailleurs fait quelques circuits par le passé. Comme ça, pour le plaisir. Le même qu'elle semble éprouver au volant de la Jaguar F-Type noire qu'Hervé Kovac, le directeur de la concession Reims British cars, a mis à notre disposition. « Elle a une bonne prise en main, on sent qu'elle ne va pas partir dans tous les sens. Et puis, elle est plutôt jolie, avec une courbure allongée et en même temps assez compacte. C'est vraiment la bonne taille pour les petits gabarits. » Maman de deux enfants, codirectrice générale et ambassadrice de la maison Thiénot, la belle quadra blonde voyage énormément pour promouvoir la marque familiale, créée par son père en 1985. « Le champagne Thiénot, c'est un vin d'apéritif, festif, avec une belle fraîcheur, mais aussi une finesse apportée par quatre ans de vieillissement sur lattes. Ça lui apporte une belle complexité, c'est un équilibre entre le sucre et l'acidité », explique-t-elle, tout en amorçant un virage dans une plaine enneigée. L'équilibre, c'est justement ce qui caractérise ce coupé sportif, agréable à la conduite. Et si on prolongeait l'expérience ? Garance n'est pas contre un petit week-end en Bourgogne, pour assouvir une autre de ses passions : le vin. Fiche technique Agilité, efficacité et équilibre. Voilà ce qui résume le mieux les performances de la Jaguar F-Type. Le modèle R-Dynamique en quatre cylindres est équipé d'un moteur 2.0L de 300 chevaux CEE essence Ingenium à turbocompresseur qui offre une puissance impressionnante pour une consommation modeste. Le système de transmission intégrale (AWD) associe la sécurité et la traction supérieures à l'agilité et le caractère de la propulsion (RWD). Son architecture légère en aluminium lui confère stabilité et précision. Dans l'habitacle, le système d’info-divertissement est doté d'un écran tactile 8 pouces avec connexion internet 4G. À noter, le nouveau design de pare-chocs, encadré par de nouveaux phares à LED qui offre un éclairage optimal en toutes circonstances. ...

RACINE UNE ODE À LA GASTRONOMIE

Niché depuis mars dernier dans une jolie maison de la place Godinot à Reims, le restaurant Racine dirigé par le chef Kazuyuki Tanaka (dit « Kazu ») et son épouse Marine, est un endroit à part. Minimaliste, l’endroit dispose d’une vingtaine de couverts, avec une décoration épurée en bois clair, de larges baies vitrées ouvertes sur un petit jardinet, des tables suffisamment espacées pour ne pas bénéficier de la conversation de ses voisins. Après avoir travaillé 5 ans au Japon dans des restaurants réputés et de différents styles, le chef Kazu vient en France et va pendant 8 ans acquérir une expérience auprès de grands chefs de cuisine, G. Tournadre, R. & J. Marcon, ou encore P. Mille. Rien d’étonnant dans ce cas que la philosophie du restaurant s’immisce dans la haute gastronomie. Et c’est le cas ! Une première étoile Michelin acquise en 2017,il a été reconnu début novembre comme « Grands de demain 2018 » par le guide Gault & Millau avec la note de 16/20. Tout est fait avec goût, du site web à la présentation des cartes et menus. Une carte des vins juste, de connaisseur, avec une très belle sélection de champagnes. Les amuse-bouches sont fins et délicats, associations subtiles d’arômes et de saveurs dont la progression en bouche se fait au fur et à mesure de la dégustation. Chaque plat est un tableau à lui seul, que vous allez savourer visuellement, comme un paysage que vous parcourrez, avant de le déguster ! Une ode façon Philippe Delerm ou une description de Francis Ponge ne suffiraient pas à expliquer le raffinement, la délicatesse, l’explosion de saveurs et la richesse des textures de chacun des plats. Forcément, les produits sont frais, de saison et leur mariage est divinement orchestré par le chef. Le bonheur à l’état pur ! Le menu de midi est à 45 €, 70 € ou 95 € pour le diner. Il vous faudra penser dans tous les cas à réserver car le lieu est très prisé. LA RECETTE DE LA TARTE CHOCOLAT - CÈPES PAR LE CHEF KAZU • Pour réaliser la pâte, mélanger la farine, le sucre, le cacao dans le bol d’un batteur. Incorporer le beurre, ajouter l’oeuf. Lorsqu’elle est formée, la mettre à reposer 2 heures au frigo. • Allumer le four à 180°C. • Étaler la pâte, la mettre dans un cercle, faire de petits trous avec une fourchette, mettre un papier sulfurisé. La cuire 20 min et laisser refroidir. • Pour la crème au chocolat, sur la base d’une crème anglaise : faire tremper la gélatine dans de l’eau froide, blanchir les jaunes avec le sucre. Faire bouillir le lait et la crème. Remuer avec une spatule sans faire bouillir jusqu’à épaississement. Faire fondre la gélatine essorée. Ajouter le chocolat fondu. Couler la crème au chocolat dans le fond de tarte et laisser refroidir. • Pour la crème aux cèpes, faire infuser les cèpes secs dans la crème. Et sur la même base que la crème précédente, il convient d’ajouter en plus le beurre. Une fois l’appareil refroidi, incorporer...

CAFES QUARTIER CATHEDRALE

DES LYS CAFÉ DU NOUVEAU SUR LA PLACE Vous ne le savez peut-être pas, mais les propriétaires ont changé ! Originaires de la région, William et Sandrine Didier vous proposent une restauration de type Brasserie. 28 places à l’intérieur, 60 en terrasse, et une formule entrée + plat ou plat-dessert à 13,90 euros avec des produits frais. Pour l’apéritif, vous pourrez déguster une coupe de champagne Richomme (Cramant) à 6,90 euros, respectivement 7,90 euros et 8,90 euros le rosé et le Blanc de blancs de Bertherau (Mesnil). Assiettes et plateaux de fromages et charcuterie sont disponibles, et pour le marché de Noël, vous gouterez de succulentes galettes de pommes de terre au lard ou aux oignons. Situé derrière la cathédrale, vous admirerez le soleil au coucher qui en dessine admirablement les contours.     LE CARDINAL TRADITIONNELLEMENT INDÉMODABLE Idéalement situé au chevet de la cathédrale, dont il offre une superbe  vue par l’arrière, le cardinal est une institution sur la place. Du petit déjeuner à l’apéritif le soir, sa formule entrée + plat ou plat ou dessert est à 13,80 euros ou en menu complet à 18 euros renouvelé chaque jour. Une cuisine traditionnelle et des spécialités champardennaises le midi, laissent place l’après-midi à des gaufres dont « la recette a été volée à mémé » à partir de 3 euros pour celle au sucre. L’apéro se fera autour d’une coupe de champagne Perle Blanche Blanc de Blanc à Bergères les Vertus à 7,50 euros, accompagnée d’une assiette de fromages (4,90 euros) ou d’une terrine sur la belle et grande terrasse qui accueille jusque 60 personnes lorsque le soleil est de la partie.   ...

1 COUPE, 1 GRIGNOTI AUTOUR DE LA CATHÉDRALE

LE PARVIS      UN BAR & UNE CAVE À VINS À l’angle, le Parvis est une belle cave à champagnes et un espace de dégustation dont le propriétaire Bernard Viriot propose depuis près de 15 ans une trentaine de grandes marques et autant de vignerons/producteurs. Face à la cathédrale, la terrasse peut accueillir 30 à 40 personnes, et vous aurez grand plaisir à y prendre une coupe, un café ou un chocolat. Un nouveau champagne est proposé tous les 15 jours. Pour le marché de Noël, de petites assiettes de charcuterie seront proposées à la vente avec une trilogie de champagnes, et il est aussi toujours possible pour la clientèle d’acheter biscuits et douceurs de la Maison Fossier. Le prix de la coupe débute à 7 euros. Le champagne Lanson est proposé à partir de 9 euros la coupe jusque 13 euros en fonction de la qualité (brut, rosé, extra brut), mais d’autres maisons seront aussi à l’affiche prochainement.   AU BUREAU           UN DÉCOR ANGLO SAXON RÉTRO C’est la plus importante terrasse face à la cathédrale. Pendant la période de Noël, la place est laissée aux chalets et animations du marché. En cette période, vous admirerez la cathédrale depuis les larges fenêtres de la brasserie. En complément du bar, elle offre un vaste espace de restauration, lumineux et agréable. Le champagne Abelé, partenaire de l’endroit, est servi à partir de 9,20 euros la coupe, mais vous pouvez déguster une coupe de Doquet-Jeanmaire à 7,90 euros. Pour le partage, la Finger food est de rigueur. Onions rings, beignet de calamars, et mozzarella stick à partir de 5,50 euros, et l’assiette de charcuteries et fromages à partir de 8,50 euros. Pour la saison, Au Bureau propose des goûters de Noël à partager en famille.   ...